Musée de la Fraise et du Patrimoine - Plougastel-Daoulas | La Fraise, or rouge
16754
page-template-default,page,page-id-16754,ajax_updown_fade,page_not_loaded,boxed,,qode-theme-ver-5.2,wpb-js-composer js-comp-ver-4.3.4,vc_responsive

La fraise, or rouge

Située à l’extrême pointe du Finistère, en Cornouaille, la presqu’île de Plougastel, d’une superficie de 4. 682 hectares, occupe un territoire d’environ 16 km dans sa plus grande longueur et 7 km dans sa plus grande largeur. Son point culminant est à 133 mètres d’altitude, sa hauteur moyenne est d’environ 80 mètres.
À Plougastel, les meilleurs terres pour la culture de la fraise sont argileuses sur la partie sud de la presqu’île. Un climat d’une douceur exceptionnelle, des terrains bien exposés au midi et protégés des vents dominants, un sol fertile sont les atouts naturels qui font de la presqu’île la terre d’élection de la Fraise.
La Fraise des bois « Fragaria vesca » fut la première espèce cultivée à Plougastel. La Fraise Blanche du Chili, « Fragaria chiloensis », rapportée en France en 1714 par Amédée-François FREZIER, ingénieur du génie maritime, ne serait apparue en Bretagne qu’à partir de 1740 quand FREZIER, venu à Brest diriger des travaux de fortification en implanta quelques pieds au Jardin Botanique de Brest, annexé à l’Hôpital Maritime. C’est un habitant du village de Kéraliou, qui aurait le premier cultivé quelques pieds de « Blanche du Chili » dans son village, marquant le début d’une importante reconversion agricole pour Plougastel. En 1766, les archives mentionnent déjà la vente de Fraises de Plougastel sur les marchés de Brest.
Les cultures ne cessent ensuite de s’étendre au 19ème siècle.
Les surfaces plantées sont à leur maximum en 1937 et représentent le 1/4 de la superficie de la Presqu’île.
Le Musée vous propose de découvrir trois siècles d’agriculture de la fraise blanche du Chili aux nouvelles techniques de culture en “jardin suspendu”.